Vivre ses vieux jours chez soi

Nous rêvons tous d’être propriétaires de notre logement. C’est le cas de plus en plus de personnes qui décident de franchir le pas en achetant soit une maison ou un appartement. Mais lors de cet achat, qui se fait souvent avant nos 50 ans, on ne réfléchit pas forcément aux dernières années de nos vies.

En effet, une fois à la retraite, et avec notre âge qui défile, ou en cas d’accident ou de maladies graves, notre autonomie peut être remise en question si notre logement est un peu trop exigu (escaliers trop raides, salle de bain trop petite, accès à la maison en pente, porte de garage trop lourde). Certaines personnes pensent à anticiper cette période et optent pour des logements plain-pied (les maisons à étage devant être très problématiques au fur et à mesure de l’âge). Pour les autres, des travaux seront nécessaires pour adapter son logement, et au pire des cas, le revendre pour s’installer ailleurs reste l’ultime solution pour y remédier.

Faire le point sur la situation dès à présent

On reporte toujours nos aménagements, mais à tort. Même si vos vieilles années ne sont pas pour tout de suite, il est important de faire le point sur la situation. L’accessibilité aux personnes à mobilité réduite est un sujet très important à aborder, car outre la perte d’autonomie possible avec la vieillesse, elle peut aussi vous tomber dessus malheureusement du jour au lendemain avec une maladie grave ou encore un accident. Dans le second cas, cela représente souvent un second coup de massue qu’on aurait bien aimé éviter.

Ce n’est pas un sujet à négliger, et ce peu importe le moment de votre vie. S’il vous le pouvez, nous vous invitons donc à le prendre en compte dès votre achat. Si vous achetez un appartement, la possibilité de disposer d’un ascenseur pour y accéder sera un réel plus. Pour les maisons, à défaut d’avoir un plain pied, votre escalier doit pouvoir accueillir un fauteuil monte-escalier. L’accès extérieur doit aussi être aménageable.

Si malheureusement vous n’avez pas pensé à ce point lors de l’achat de votre logement, faites le point de vos possibilités. À ce moment, faire appel à un professionnel de l’accessibilité PMR peut être une bonne solution pour faire un check up complet et pour vous lister et budgétiser les évolutions possibles. Le faire assez tôt sans réelle nécessité immédiate vous permettra aussi de faire vos travaux par étape au fur et à mesure des années, ce qui vous permettra d’étaler vos coûts sur de nombreuses années.

Le financement coûteux des travaux

L’aspect financier reste souvent le moment douloureux d’un tel aménagement. Néanmoins, n’est-il pas plus économique et agréable de rester vivre chez soi (souvent dans un logement qui sera déjà payé) plutôt que de finir par payer chaque mois pour vivre dans un établissement spécialisé tel qu’une maison de retraite ?

Pour vous soulager sur cet aspect, des aides financières existent, comme des crédits d’impôt et des aides diverses des départements et des régions. Elles ne sont pas toujours suffisantes, et souvent avec de nombreuses conditions, mais elles peuvent vous apporter un premier apport non négligeable pour commencer vos travaux.

Anticiper vos travaux reste aussi le moyen de réduire (ou plutôt de mieux étaler) vos dépenses. Ne pas être dans l’urgence vous permettra aussi de négocier des tarifs bien plus avantageux auprès des professionnels du secteur.

Dans tous les cas, rien ne vaut d’être chez soi pour se sentir le mieux. Dans l’idéal, on espère donc pouvoir le faire même sans devoir aménager son intérieur.

Laisser un commentaire