Rénovation maison : comment créer un faux plafond ?

Très esthétique, le faux plafond représente une installation qui vous permet de camoufler les canalisations, mais aussi les câbles ou d’éventuelles fissures se trouvant au niveau de votre plafond. Il s’agit également d’un élément pratique qui améliore de façon considérable l’isolation acoustique et thermique d’une pièce. Toutefois, vous pouvez également installer un faux plafond dans l’optique de mettre en place un système d’éclairage ou alors de réduire la hauteur de votre plafond. Quoi qu’il en soit, l’installation d’un tel équipement offre de nombreux avantages. Il est vrai qu’il est possible de procéder soi-même à l’installation d’un faux plafond, à condition de disposer de notions très poussées de bricolage. Néanmoins, la solution la plus fiable reste de faire appel à un professionnel expérimenté et qualifié en la matière : le plaquiste.

Pourquoi faire appel à un plaquiste pour créer un faux plafond ?

La pose d’un faux plafond ne s’improvise pas. Il s’agit d’une opération complexe qu’il est préférable de confier à un professionnel expert dans son domaine. Si vous avez le projet de faire installer un faux plafond dans le cadre de la rénovation de votre habitation, n’hésitez pas à faire appel à Pro-plaquiste pour trouver un plaquiste qualifié et expérimenté au sein d’un large réseau de professionnels du secteur. Les experts référencés sur ce site interviennent sur toute la France et peuvent vous délivrer un devis pour vous donner une idée du coût des travaux.

Profitez de l’expertise d’un professionnel compétent

S’il existe beaucoup d’entreprises plastiques, tous les professionnels ne se valent pas. En effet, nombreux sont ceux qui s’improvisent plaquistes sans aucune qualification dans le but d’obtenir des marchés. Avec un réseau de spécialistes, vous pouvez être certain de trouver un prestataire qualifié et très performant. De plus, se tourner vers un réseau est l’assurance de trouver un plaquiste implanté à proximité de votre domicile. Le professionnel pourra ainsi se déplacer sans difficulté jusqu’à chez vous pour préparer son chantier par exemple.

En dehors des tâches principales qu’il réalise, un plaquiste professionnel est aussi en mesure de vous prodiguer quelques conseils avisés afin de vous aider à prendre une bonne décision. Si le projet en vue n’est pas réalisable pour une raison ou pour une autre, le professionnel va pour proposer des solutions alternatives pour vous aider. En plus de poser un plafond ou un faux plafond, il intervient également pour d’autres tâches comme la pose de cloison et l’isolation.

Bénéficiez d’une bonne isolation

Lorsque le faux plafond est réalisé à la perfection, vous pouvez bénéficier d’une isolation très performante. Avant la réalisation des travaux, le plaquiste détermine l’équipement qui s’adapte au mieux à votre projet selon vos attentes. Après la pose des différentes plaques, il est crucial de bien réaliser les joints. En effet, un travail mal réalisé à ce niveau rend votre isolation inefficace. Il est donc capital de se référer à un plaquiste qualifié et ayant de l’expérience pour être sûr d’obtenir un résultat satisfaisant.

Enfin, en dehors de l’efficacité du travail, se tourner vers un jointeur ou un plaquiste professionnel vous permet d’achever votre projet rapidement. Grâce à une grande expérience, l’expert auquel vous ferez appel se montrera très rapide dans l’exécution des tâches.

Il existe plusieurs types de faux plafonds et chaque modèle dispose de caractéristiques spécifiques s’adaptant à un besoin donné. Quel que soit le modèle qui vous intéresse, l’idéal pour une pose réussie est de contacter un expert. En dehors du coût de l’équipement, il faudra aussi prévoir le coût de l’installation par le professionnel.

plaquiste Marseille professionnel travaux

Les différents modèles de faux plafond

Il existe différents types de faux plafonds et il convient de les connaître avant de songer à l’installation.

Faux plafond tendu

Ce modèle de faux plafond est certainement l’un des plus prisés, aussi bien par les particuliers que par les décorateurs professionnels. Il permet d’optimiser en grande partie l’esthétique intérieure d’un logement. En plus d’être suffisamment solide, le faux plafond tendu offre des avantages indéniables en termes d’isolation (acoustique et thermique). Son installation nécessite des profilés qui s’installent contre les murs et une toile réalisée en PVC.

Faux plafond suspendu

Ce type de faux plafond se compose d’une ossature avec des rails, des dalles et des plaques. La fixation de l’équipement sur l’ancien plafond requiert l’usage de suspentes. L’avantage est que l’installation s’avère relativement simple. En disposant des bons équipements, vous pourrez donc poser vous-même un faux plafond suspendu, à condition d’être relativement expérimenté en bricolage bien entendu. Cette solution est généralement envisagée dans le but d’isoler efficacement une pièce ou alors de cacher l’ensemble des câbles installés là-haut. La pose du faux plafond suspendu est similaire à celle d’un vrai plafond suspendu.

Faux plafond autocollant

Le principal intérêt d’opter pour le faux plafond autocollant est de pouvoir bénéficier d’une parfaite isolation phonique. L’installation à ce niveau ne nécessite pas l’utilisation de suspentes, puisque son montage s’effectue de murs à murs. Tout comme pour la pose du faux plafond tendu, nous conseillons à toute personne souhaitant installer un faux plafond autocollant de solliciter les services des professionnels, puisque les travaux sont relativement complexes. Par ailleurs, la main experte d’un professionnel qualifié sera la seule à pouvoir garantir un résultat esthétiquement impeccable.

plaquiste Marseille

Les étapes à suivre pour créer un faux plafond

La création d’un faux plafond se fait suivant plusieurs étapes qu’il convient de respecter si vous souhaitez vous lancer sans l’aide d’un professionnel.

Préparez le chantier

La première des choses à faire lorsque vous désirez créer un plafond est de bien vous préparer. Pour ce faire, commencez par choisir en conséquence vos suspentes en vous basant notamment sur la nature de votre faux plafond. Tracez ensuite la hauteur de ce dernier, c’est-à-dire la distance séparant le faux plafond du sol. Le traçage peut se faire sur l’un des murs de la pièce. Une fois la mesure obtenue, ajoutez l’épaisseur de votre faux plafond, ce qui devrait vous permettre de connaître la hauteur des différentes fourrures. Pour finir, tracez des lignes au niveau de chaque mur de l’appartement pour délimiter l’emplacement du faux plafond.

Procédez à l’installation des suspentes

La deuxième étape du processus de création d’un faux plafond consiste à installer les suspentes. Pour ce faire, fixez en premier lieu une suspente au niveau des différents angles de la chambre, à une distance de 10 centimètres au moins du mur. Ces premières suspentes dans les angles serviront par la suite de repère pour l’installation des autres. En vous référant aux traits préalablement tracés sur le mur, procédez au réglage de la hauteur de l’accessoire puis fixez-le.

Utilisez à présent un cordeau de nylon pour relier les suspentes de chaque coin de la chambre entre elles en vous assurant qu’il soit parfaitement tendu. Notez qu’entre deux fourrures, l’espace maximum à prévoir est de 60 cm. Vissez ensuite les rangs de suspentes les uns après les autres et assurez-vous que l’espace entre les suspentes sur la longueur soit de 60 centimètres au plus. Par contre, l’espace entre les solives doit être au maximum de 120 centimètres. Notez que le cordeau préalablement installé vous permet de respecter l’alignement.

Si votre pièce ne dispose pas d’une forme carrée ou rectangulaire, nous vous conseillons de prévoir un écart de 50 centimètres entre la plaque et le mur.

Réalisez l’installation des fourrures

Pour mettre en place les fourrures, vous devez les clipper au niveau des suspensions. N’hésitez pas à user de la force jusqu’à entendre un léger son (clic). C’est la preuve que la fourrure est parfaitement installée. En ce qui concerne les liaisons, servez-vous d’une scie pour découper les fourrures. À l’aide de quelques éclisses de raccordement, vous pourrez les installer bout à bout. En réalisant cette tâche, prenez quelques fois le temps de vous assurer de la planéité de vos fourrures en vous servant d’une règle de maçon.

Posez les plaques et réalisez les joints

Pour bien poser les plaques, nous vous conseillons d’utiliser un lève-plaque, l’outil incontournable du plaquiste, destiné à faciliter l’installation. En effet, grâce aux roulettes de ce dernier, le positionnement se fait avec précision. Avant d’installer la toute première rangée, assurez-vous qu’un écart de cinq centimètres est bien présent entre la plaque et le mur. Effectuez ensuite le vissage en respectant un intervalle de 30 centimètres entre les vis. Si vous devez couper des plaques afin de les ajuster, posez-les au sol puis servez-vous d’un cutter et d’une règle de maçon pour le faire. La règle sert à délimiter la partie à couper. Après avoir tracé un profond trait avec le cutter, il vous suffira d’exercer une pression pour casser net la plaque.

La dernière étape consiste à faire les joints. Une fois que les plaques sont bien installées, appliquez de l’enduit au niveau des abords des plaques. Mettez ensuite des bandes de calicot avant de remettre une couche d’enduit. Servez-vous d’un couteau spécial (à enduit) pour bien lisser. Pour finir, les espaces de cinq centimètres laissés contre les murs sont aussi à couvrir avec l’enduit. Encore une fois, il faudra fortifier avec des bandes de calicot.

Laisser un commentaire