Les passoires thermiques interdites à la location en 2028

C’était l’une des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC); et elle a été officiellement retenue par le gouvernement.

Les «passoires thermiques»

Les 4,8 millions de logements très énergivores classés avec une étiquette F ou G; (qui se trouve sur le diagnostic de performance énergétique – seront interdites à la location. C’est la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili qui l’a annoncé ce mercredi dans le Parisien-Aujourd’hui-en-France.

Mais cette mesure n’entrera en vigueur qu’en 2028, comme l’avait proposé la convention citoyenne.

La ministre n’est pas entrée dans les détails. Dans son rapport, la CCC, quant à elle; avait précisé que «le locataire pourrait quitter les lieux et demander le remboursement de la caution sans préavis ou négocier une modification du bail» (page 269 du rapport).

«L’interdiction de la location des passoires énergétiques en 2028 va dans le sens de l’histoire; pour l’environnement et pour les locataires, a réagi Alain Cauchy; directeur du patrimoine de CDC Habitat qui gère plus de 500.000 logements en France. Nous ambitionnons de ne plus avoir de logement étiqueté F ou G d’ici 2025»

Cette date de 2028 coïncide avec celle à partir de laquelle les propriétaires; (occupants et bailleurs) qui n’ont pas rénové leur «passoire thermique» seraient sanctionnés par un malus. 

C’était une autre proposition de la Convention citoyenne. Et sur ce point, le gouvernement n’a pas encore tranché.

«Les débats sont toujours en cours sur l’obligation de rénover leur logement pour tous les propriétaires occupants; déclare Barbara Pompili qui rappelle que «le logement représente 25% de nos émissions de gaz à effet de serre». Sur ces mesures, on a besoin d’accompagner les plus vulnérables». Au passage, la ministre n’a pas évoqué le cas des bailleurs.

Quant à l’accompagnement, c’était la condition imposée par Emmanuel Macron en juin dernier; avant de mettre en place cette obligation de rénover les passoires thermiques.

«Nous ne pouvons remporter ce combat qu’en assurant des aides financières pour ces ménages (modestes); pour qu’aucun propriétaire et aucun locataire ne soient dans l’impasse»; avait affirmé le président de la République, sans plus de précisions.

Source : immobilier.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *