Installation et maintenance d’une chaudière à condensation : les points à respecter

Installation et maintenance d’une chaudière à condensation : les points à respecter

 

Si la pose d’une chaudière au gaz se révèle aisée, elle nécessite toutefois certaines précautions et connaissances : respect de l’arrêté du 2/08/1977 modifié, tracé de la canalisation… La maintenance d’une chaudière à condensation est également soumise à des restrictions légales : cela permettra d’éviter une surconsommation énergétique et allongera la durée de vie de la chaudière. Voici les points importants à prendre en compte pour l’installation et l’entretien d’un tel équipement.

Préparer l’installation d’une chaudière à condensation

Dans l’éventualité où des travaux de rénovation énergétique sont nécessaires, il faut procéder à plusieurs opérations d’aménagement et d’entretien.

Premièrement, les canalisations du circuit de distribution et d’évacuation doivent être détartrées et désembouées. Cela permettra de réduire le bruit émis par les radiateurs, d’améliorer leur rendement et d’éviter de futures pannes.

Toujours dans l’optique de réduire les dépenses énergétiques, il est possible d’installer un appareil de régulation sur la chaudière. Un thermostat ou un programmateur peuvent améliorer les performances énergétiques de près de 10 % !

Il faudra également vérifier que le conduit de raccordement est adaptable avec la chaudière et que le diamètre de la tuyauterie est adapté au type de gaz (gaz naturel type B ou H, propane, butane) et au matériau utilisé (acier, cuivre, polyéthylène, PLT).

Enfin, il faut s’assurer que l’installation est conforme à la réglementation. Si ce n’est pas le cas, il faudra réaliser des travaux de mise en conformité pour respecter les normes.

Les points de sécurité à respecter pour la pose de la chaudière

À cela s’ajoutent des précautions d’usage à appliquer pour éviter la détérioration prématurée de la chaudière. Cela permet également de respecter des règles de sécurité élémentaire pour une utilisation sûre et confortable par les occupants du logement.

Par exemple, pour ne pas gêner les manipulations relatives aux futurs entretiens, le montage de la chaudière devra respecter des distances et des écarts de montage minimaux. De même, pour que les produits de combustion puissent être expulsés correctement, vérifiez l’intégrité du système d’évacuation.

En ce qui concerne le raccordement électrique de la chaudière, il est recommandé d’utiliser :

  • Un câble de secteur classique ;
  • Une tension nominale du secteur de 230 volts ;
  • Un disjoncteur dédié.

Dernier point de vigilance avant de procéder à l’installation de la chaudière : celle-ci ne doit pas se trouver dans une pièce exposée aux risques de gel.

Bien entretenir une chaudière à condensation

Si la puissance de la chaudière est comprise entre 4 et 400 kW, les occupants ont l’obligation de la faire vérifier au moins une fois par an, de préférence en faisant appel à un professionnel expérimenté issu d’une entreprise agréée. Pour cela, il est possible de mettre en place un contrat de maintenance/d’inspection.

Cet entretien est soumis à une réglementation stricte qui détermine les différents points à vérifier (paragraphe 3.1 de la norme NF X50-010) : organes de sécurité, dispositif général de chauffage, etc. Si nécessaire, les pièces usées ou défectueuses sont remplacées pour assurer les performances de la chaudière ainsi que la sécurité du logement et de ses occupants.

Chaque installation peut proposer des particularités auxquelles il faut s’adapter : à titre d’exemple, un ballon à accumulation, des brûleurs à air soufflé, ou un système relié à une VMC au gaz.