BIM : une technique révolutionnaire dans le domaine de la construction

Depuis quelques années, le secteur de la construction connait une véritable mutation. Outils innovants, intégration d’une technologie révolutionnaire, nouvelles méthodes de travail, de nombreux facteurs ont participé à cette évolution. L’adoption du BIM compte d’ailleurs parmi ces derniers. Concept visant à la représentation digitale des caractéristiques physiques d’un bâtiment, cette approche présente plusieurs avantages. Mais pour obtenir une maquette numérique fiable, les professionnels doivent suivre certaines étapes.

Tout ce qu’il faut savoir sur le BIM

Le BIM vient de l’anglais « Building Information Modeling ». En Français, cette expression donne littéralement « modélisation des informations du bâtiment ». Mais dans le langage courant, on parle particulièrement de maquette numérique. Celle-ci est la représentation virtuelle d’un ouvrage. Elle intègre des vues ainsi que diverses informations, notamment les caractéristiques techniques des divers éléments qui composeront la future infrastructure.

En réalité, ce concept n’est pas novateur. Les logiciels pour représenter un bâtiment sous forme digitale existent depuis quelques années. Mais c’est l’engouement pour cette méthode de travail qui est récent. En effet, les professionnels estiment que cette approche répond parfaitement aux nouvelles exigences économiques et écologiques du secteur.

De nombreux acteurs décident de réaliser des maquettes BIM aussi bien lors des missions de construction que de rénovation. Ainsi, pour certains, le BIM servira à créer des maquettes 3D dans le but de produire des plans ou calculer la quantité exacte de matériaux. Ce qui évitera le gaspillage et le dépassement de budget. Par ailleurs, d’autres y verront l’opportunité pour prévenir les erreurs. En effet, les logiciels permettent de détecter les défauts et de les corriger directement sur ordinateur avant même le début des travaux.

Du scanning 3D à la réalisation de la maquette numérique

Si le BIM est surtout employé dans le domaine de la construction neuve, sa mise en œuvre se démocratise lors des projets de rénovation ou de réhabilitation d’un bâtiment. Mais pour créer une maquette numérique, les professionnels doivent procéder à plusieurs étapes, en commençant par produire un relevé 3D du « tel que construit ». Celui-ci est réalisé exclusivement par un scanner 3D. Il s’agit de la réponse la plus précise et la plus fiable pour numériser un site, à condition d’opérer avec rigueur.

Il existe plusieurs modèles de scanner qui permettent de recueillir avec précision les configurations d’une infrastructure. Mais chaque appareil fonctionne sur le même principe. Il projette un laser dans toutes les directions autour de son axe pour détecter chaque détail d’un ouvrage. Le relevé 3D génère alors ce qu’on appelle des nuages de points. Un spécialiste va ensuite fusionner et exploiter les nuages de points pour modéliser la maquette numérique.

La représentation numérique d’un site demande beaucoup de travail, et surtout, l’utilisation d’un matériel spécifique. Sans compter que l’acquisition d’un scanner nécessite un investissement conséquent. Ainsi, pour un usage ponctuel et pour assurer la réussite du projet, il est préférable de le confier à une agence spécialisée.