Les différentes solutions pour bien isoler un toit-terrasse

Dans l’architecture moderne, on utilise de plus en plus le toit de la maison – ou de l’immeuble – pour en faire un espace de vie supplémentaire, avec parfois de la végétation et une belle vue sur les paysages des alentours. Cependant, renoncer au traditionnel toit incliné et modifier le choix des matériaux implique de prendre de nouvelles initiatives pour que l’ensemble de l’habitation soit parfaitement isolé.

Quelles techniques pour isoler ?

On trouve plusieurs méthodes différentes pour isoler un toit-terrasse mais, que l’espace soit accessible ou non, tout est fait par l’extérieur. C’est uniquement en travaillant sur la partie du toit exposée aux intempéries que l’on peut bénéficier d’une meilleure étanchéité. De plus, en travaillant à l’extérieur sur l’isolation et l’étanchéité, les spécialistes comme Omega permettent aux habitants de continuer à occuper le logement sans aucun problème.

En passant par l’extérieur, on utilise le plus souvent la méthode de l’isolation conventionnelle. Il s’agit, dans ce cas de figure, de placer un isolant entre la membrane d’étanchéité et le pare-vapeur. Si on choisit l’isolation inversée, on place l’isolant sur la membrane d’étanchéité. Cette méthode comprend quelques risques puisque l’isolant n’est pas du tout protégé et peut, à terme, perdre en efficacité.

Choisir son isolant

Les choix en matière d’isolants que l’on peut appliquer sur les murs d’une construction sont variés. En revanche, quand il s’agit de travailler sur un toit-terrasse, on profite de moins de possibilités. Il faut, en effet, impérativement trouver une matière particulièrement solide, puisqu’elle sera fortement exposée à l’humidité et aux changements de température.

La laine de roche et la mousse phénolique sont deux solutions possibles pour les toitures inaccessibles. Mais quand le toit sert également d’espace de vie, il faut plutôt choisir entre la mousse polyuréthane ou les panneaux (en liège ou verre cellulaire).

A noter que la réglementation thermique des bâtiments doit être suivie à la lettre : la résistance thermique atteint obligatoirement un niveau minimal pour être aux normes. Enfin, si le particulier souhaite que son installation lui permette d’obtenir un crédit d’impôt, il faudra que l’isolation soit encore plus efficace.