Une piece supplementaire dans le jardin

Qui n’a jamais rêvé de repousser les murs de son salon et de jouir d’un peu plus d’espace ? Mais si la chasse aux mètres carrés est ouverte depuis longtemps, nombreux sont les Français rebutés par les frais qu’engendrent la construction d’une extension ou la perspective de travaux d’envergure. « Nos nouveaux modes de vie ont pourtant créé des besoins réels : alors qu’il y a vingt ans, tout le monde s’en passait, il semble aujourd’hui difficile de ne pas disposer d’un espace bureau, par exemple », constate Sébastien Léopold, créateur des extensions de maison Casalib. Et d’ajouter : « Le gouvernement s’est saisi de la question et propose un projet de loi qui permettrait d’exclure l’épaisseur des murs de la surface Shon, augmentant du coup la surface constructible pour tout candidat à l’agrandissement.

De même, la possibilité de créer des superficies de 40 m2 (NDLR : au lieu de 20 m2 actuellement) avec une simple déclaration préalable de travaux est à l’étude. » Quoi qu’il en soit, l’idée d’installer des maisonnettes de loisirs en guise de pièces d’appoint est en plein essor. Pour certains, il n’est encore question que d’un refuge occasionnel, un petit coin de paradis tapi au fond du jardin où s’isoler aux beaux jours. Pour d’autres, il s’agit d’une véritable pièce en plus, aménageable en chambre d’amis avec chauffage et salle d’eau, en bureau entièrement équipé ou encore en atelier.

Il faut avant tout distinguer l’extension de maison de l’abri de jardin.

A priori, les abris ne devraient servir qu’à stocker la tondeuse, les outils et les vélos. Ils n’apportent qu’une valeur supplémentaire modique à l’habitation principale et n’offrent, avec leurs parois de moins de 5 cm d’épaisseur, quasiment aucune isolation. Mais, à bien y réfléchir, ils peuvent quand même être aménagés de façon à accueillir une cuisine d’extérieur ou un espace de jeux pour les enfants et se rendre bien utiles au coeur de l’été, pour qui souhaite se mettre au calme.

En bois, en résine ou en métal, ces refuges s’installent rapidement et ne demandent presque aucune démarche administrative (après avoir éventuellement consulté le règlement de copropriété, une simple déclaration de travaux suffit si la superficie de l’installation ne dépasse pas 20 m2). Robustes, ils sont souvent équipés d’une fenêtre en Plexiglas, voire d’une porte, ce qui leur donne des allures de maisonnette. Pour leur assurer plus de stabilité et de durabilité, il faut simplement prévoir des fondations stables : dalle béton ou plots en parpaings. Selon le modèle choisi, l’avis d’un professionnel peut être de rigueur.

Les extensions de maison offrent davantage de possibilités et de confort.

En plus de conférer une valeur ajoutée à la superficie existante en augmentant les mètres carrés habitables, elles répondent désormais aux normes d’isolation les plus récentes (les murs, par exemple, font près de 25 cm d’épaisseur). De quoi conquérir le coeur des particuliers après avoir séduit les professionnels du tourisme qui s’en servent notamment comme gîtes.

Le cabanon préconstruit en atelier puis livré clés en main se démocratise et permet de s’agrandir à moindre coût : compter 1 500 € le m2. Pour ne pas détériorer le terrain, il est installé sur des poutrelles en béton ou des plots de fondation créant un vide sanitaire. Les projets sont conçus sur mesure, les plans d’implantation étant le plus souvent préparés en amont par le fabricant au cours de différents entretiens avec l’acquéreur. Certaines entreprises demandent que le terrain soit préalablement préparé (déblayé et aplani).

Ces maisons miniatures à ossature bois permettent un aménagement haut de gamme, avec raccordement en eau et en électricité au réseau de l’habitation principale. Kitchenette, salle d’eau et toilettes, les spécialistes se chargent de tout mettre en place. Mais rien n’empêche de choisir des options plus sobres et plus écologiques, en restant par exemple en autonomie complète : en équipant l’extension de panneaux solaires, récupérateur d’eau, poêle à bois et toilettes sèches.

« Les techniques permettent désormais de proposer à nos clients un montage en 48 heures et de garantir une autonomie énergétique, voire de créer un bâtiment à énergie positive », souligne Sébastien Léopold. Selon le budget, le cabanon peut être livré vide ou personnalisé (canapé, lit…). Côté aménagement intérieur, le choix est vaste : aujourd’hui, les plus fortes demandes concernent les home-studios pour une séance de cinéma ou un concert live privés !

Selon le code de l’urbanisme, les habitations légères de loisirs sont des constructions démontables ou transportables, destinées à une occupation temporaire ou saisonnière à usage de loisirs. Mais la définition admet plusieurs dérogations qui la rendent un peu floue. D’autant que des projets de loi vont sûrement changer la donne d’ici la fin de l’année… Ce qu’il faut retenir : les installations et extensions d’habitation n’exigent pas de permis de construire si leur surface totale n’excède pas 20 m2, une simple demande de travaux préalable en mairie suffit. Cela dit, il existe des cas particuliers (proximité de monuments historiques, par exemple) qui nécessitent de consulter le plan local d’urbanisme avant de se lancer.

Source : cotemaison.fr/jardin-terrasse/