Les normes éléctriques en rénovation

7 millions de logements en France ne répondent plus aux règles de sécurité,  2,3 millions d’installations électriques sont très dangereuses,  chaque année, on déplore plus de 80 000 incendies d’origine électrique et des milliers d’accidents corporels.

Les raisons de ces accidents dans l’habitat sont multiples :

  • l’absence ou la défectuosité du réseau de terre,
  • l’absence de protection contre les contacts indirects,
  • l’usure du temps,
  • les surcharges des circuits, des pièces accessibles d’appareillage sous tension…



Norme NF C 15-100

Les installations, en habitat neuf et en rénovation, doivent obligatoirement être conformes à la norme NF C 15-100.

La norme NF C 15-100 se porte garante de la protection de l’installation et de celle des personnes ainsi que du confort de gestion, d’usage et de l’évolutivité de l’installation.

Installations concernées
Toutes les installations électriques, neuves ou rénovées, doivent respecter cette norme.

Nouveautés de l’amendement 3

  • précisions pour l’application des règles relatives aux points d’éclairage, au décomptage des socles de prises de courant, aux circuits de communication et aux tableaux de communication.
  • intégration des dernières dispositions relatives à l’accessibilité pour les personnes handicapées.

L’amendement 3 homologué le 13 janvier 2010 sera d’application obligatoire à partir du 1er août 2010.

La norme impose…

  • un appareil général de coupure et de protection (AGCP) ex. disjoncteur de branchement,
  • un dispositif parafoudre dans certains cas,
  • des dispositifs de protection différentiels à haute sensibilité pour tous les circuits dans l’habitat,
  • des dispositifs différentiels d’un genre nouveau (« type A ») sur les circuits alimentant le lave-linge et les plaques de cuisson,
  • le sectionnement du « fil-pilote »,
  • la réserve de 20% du tableau électrique dans l’habitat, le repérage et la présentation d’un schéma (dossier électrique).

Autres obligations

  • des prises de courants 10/16 A avec obturateurs d’alvéoles (prévenant tout risque d’intrusion de corps étrangers),
  • un conducteur de protection équipotentielle (masse) dans tous les circuits,
  • le respect des sections imposées pour les conducteurs en cuivre selon la nature du circuit,
  • le respect du calibre de protection et de l’appareillage (disjoncteur ou interrupteur différentiel, fusible) selon la nature du circuit,
  • la gaine technique logement (GTL) (elle intègre également un coffret « courant faible »).